Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences

La Gestion prévisionnelle des Emplois et des Compétences (GPEC) est une démarche d’anticipation et de prévisions des besoins futurs des entreprises et des compétences à acquérir en vue des mutations économiques, démographiques et technologiques.

En 1989, Dominique Thierry de l’association « Développement et Emploi » propose une définition de la GPEC qui sera enrichie par celle de Henry Rouilleaut dans son rapport sur l’obligation triennale de négocier « La gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC) est une gestion anticipative et préventive des ressources humaines, en fonction des contraintes de l’environnement et des choix stratégiques de l’entreprise ».

L’objectif d’une telle démarche est d’apporter une modification dans la relation des collaborateurs à leur travail, leur environnement technique, et organisationnel. La finalité est de mettre en place un ensemble de méthodes, de politiques de management dans le but d’améliorer la relation à l’emploi pour participer à la performance collective de l’entreprise.

La GPEC doit être articulée au quotidien avec le management stratégique, sinon elle risque d’être un simple outil de gestion pour les Ressources humaines.

Depuis, 2005, une obligation triennale de négocier sur la GPEC a été instaurée par la loi de cohésion sociale du 18 janvier pour les entreprises d’au moins de 300 salariés (Article L2242-15 du nouveau code du travail). Cette loi a été renforcée par l’ANI du 14 novembre 2008.

Ainsi à côté des enjeux, certains liés à la construction des trajectoires professionnelles des individus et des impératifs de performance et de compétitivité des entreprises, la mise en œuvre des démarches de GPEC dans les entreprises françaises a été également motivée par des impératifs liés à un climat socio-économique morose accentué par de nombreux plans sociaux. La GPEC a été surtout utilisée au sein des entreprises  comme un outil de restructuration pour accompagner les mutations socio-économiques.

L’économie, les technologies, l’environnement sont autant de facteurs qui placent les entreprises dans une mouvance perpétuelle. Les enjeux de la GPEC sont de fédérer des acteurs, mobiliser des partenaires autour d’un accord. La démarche dépend de plusieurs facteurs et doit surtout être adaptée en fonction de la taille, du secteur et des moyens de l’entreprise. Mais sans doute le plus important, c’est que la démarche soit surtout articulée autour la stratégie de management de l’entreprise.

Notre avis

Il s’agit également avant, pendant et après le déploiement de chaque démarche GPEC de se poser les bonnes questions, d’appliquer une méthodologie simple efficace et surtout «practico pratique». Dans les entreprises, on constate bien souvent que les outils mis en place sont très peu utilisés au quotidien car ils sont trop complexes et loin de l’opérationnalité.  Ce décalage conduit fréquemment à l’abandon ou à la démotivation des personnes en charge du dossier.

Tags :